C’est déjà très jeune que Fériel a commencé à écouter et à chanter des chansons à texte de chanteurs connus. Pourtant, aucun membre de sa famille n’a évolué dans le domaine artistique.

Elle a découvert durant son enfance un chanteur qui depuis ne l’a plus quittée : Yves Duteil. A 6 ans, c’est à son père qu’elle a dédié une de ses chansons : « Prendre un enfant », celle-ci ayant fait partie de l’une des plus belles chansons francophones du XXe siècle.

A 10 ans, c’est aux Fêtes de Wallonie, sous le chapiteau central situé dans la grande cour du Palais des Princes-Evêques à Liège que Fériel a réalisé sa première interprétation en public.

Quelques temps plus tard, elle s’est inscrite à l’Enfantilum – Le micro bleu à Vivegnis. Elle n’a pas remporté le concours. Qu’importe : l’essentiel, c’est de participer !

Précisons que Fériel n’a jamais suivi de cours de chant dans son passé. Pour elle, chanter reste avant tout un passe-temps qu’elle aime simplement partager avec les personnes qui l’entourent. C’est également une manière de s’extérioriser, de vaincre son stress et sa timidité.

C’est plus ou moins à 17 ans qu’elle se découvre une passion : le karaoké. Elle a d’ailleurs régulièrement l’occasion d’animer des soirées « DJ » ainsi que des soirées « karaoké » dans la région liégeoise.

Quelques années plus tard, elle a participé à certains évènements organisés dans la région :

* aux concours de la « Chanson francophone » organisés à Soumagne par l’Echevinat de la Culture, le Centre Culturel et « As de Choeur ».

* à quelques podiums lors de manifestations culturelles et artistiques.

Depuis, elle se sent plus confiante. Le chant lui permet d’affronter de nouveaux défis.